Comment éviter la jalousie et la méfiance ?

Pourquoi suis-je jaloux ?

Je suis jalouxParmi les sens qui influencent notre psychologie, la jalousie est, sans aucun doute, l’un des plus répandus et l’un des plus funestes.

Soyons honnêtes, qui ne souhaite pas avoir la même réussite sociale que les personnes que l’on considère comme charismatiques ? Qui n’envie pas les belles femmes qui n’ont qu’à sourire pour que les hommes tombent à leurs pieds ? Qui n’envie pas les gagnants du bingo ?

La jalousie n’est pas positive, elle naît d’un conflit psychologique, nous renvoyant nos propres peurs, notre insécurité.

Nous ne sommes pas jaloux des autres membres de notre environnement parce qu’ils sont odieux, mais parce qu’ils apprécient les qualités physiques, morales ou matérielles qui nous manquent.

Si la sensation ne cesse pas d’être naturelle, elle n’en est pas moins dangereuse. La jalousie est l’un des premiers facteurs d’apparition de conflits sociaux ou amoureux, voire de violence dans certains cas.

Il convient de s’intéresser de près à ce phénomène pour apprendre qu’on ne peut pas vivre avec ce courage, cette haine du succès des autres.
Notre tranquillité psychologique passe par cette acceptation.

La jalousie est un sentiment naturel : est-il normal de ne pas ressentir de jalousie ?

Avant de comprendre comment se débarrasser de la jalousie, cela vaut la peine de l’expliquer.
La jalousie est compréhensible, universelle.

Elles sont subies par de nombreuses personnes sans distinction de sexe, d’âge ou de milieu social, à différentes échelles.
C’est très simple, le fait de vouloir ce qui ne peut être obtenu est un réflexe humain et instinctif.

La jalousie est en quelque sorte un miroir, le reflet de ce qui nous manque. C’est pourquoi nous considérons qu’une tierce personne pourrait séduire notre partenaire, ou que le succès ne vient qu’aux autres.

La jalousie est un facteur de démotivation, d’effondrement de la confiance en soi et de perte d’estime de soi.
La question est de savoir comment lutter contre cette disposition psychologique.

La jalousie est une mauvaise conception de notre environnement

La menace que nous percevons au contact de personnes qui alimentent notre jalousie est formulée, en grande partie, par notre inconscient.
Sans chercher à établir des relations sociales, les personnes trop « belles », « intelligentes », « riches », « charismatiques » sont catégorisées comme toxiques, néfastes, au point de développer à leur égard une colère, une haine qui repose sur l’envie.

Le problème avec l’affaire est que ce sentiment personnel est très souvent basé sur une apparence superficielle. Il est trop facile d’oublier que ces mêmes personnes souffrent également d’une véritable insécurité et sont confrontées à leurs propres doutes.

Rapidement, on diabolise, on idéalise les individus enviés, comme si leur existence même reposait sur la volonté de nous aggraver.

La jalousie est toujours dépourvue d’objectivité et nous pousse à brosser un tableau négatif qui engendre la méfiance et l’agressivité. En y réfléchissant bien, qui est la première victime d’un tel comportement ? Qui souffre de cette mentalité ? La personne qui s’en nourrit pour construire son évolution.

La jalousie et le regard des autres

jaloux et jalouxDécidément, ce mythe qui voudrait que tous les individus avec qui nous entrons en contact nous jugent, nous évaluent et formulent des avis négatifs, a la peau dure.

Le regard des autres est une source de jalousie.

Ce besoin de se comparer, de vouloir mieux faire, d’être plus reconnu que les autres membres de notre environnement, empoisonne notre psychologie au point de s’abstenir d’être réaliste : la personne à qui on se compare est meilleure.

Chaque être humain est différent et possède son propre système de pensée et ses valeurs forgées par l’expérience et la compréhension des personnes qui l’entourent.

Pourquoi, alors, vouloir perpétuellement stimuler la concurrence et la volonté d’écraser l’autre ?

Nous ne sommes plats qu’en droits et obligations. Pour le reste, nos potentiels, nos qualités, nos envies personnelles sont totalement différentes.

Rien ne nous prouve que notre jalousie est justifiée ou que ces « victimes » de notre cruauté ne nous envient pas.

Jalousie et manque de confiance

La jalousie se matérialise souvent par un sentiment d’agitation. Nous parlons de personnes qui vérifient le téléphone portable de leur partenaire, ou leurs e-mails, pour s’assurer qu’ils n’ont pas de relation amoureuse avec une tierce personne.

Qu’est-ce que cela exprime sinon un enfermement psychologique, une spirale de doute et de malaise ?
Comment vivre si on ne se fait pas confiance ? N’est-ce pas une privation de liberté individuelle et collective ?
Est-ce ainsi que nous voudrions être traités ?

La jalousie relationnelle est un facteur évident de développement du stress et des conflits. C’est en fait une peur inconsciente d’être abandonné.
Rien qu’en travaillant à renforcer sa confiance en soi, en acceptant de croire en la personne plutôt que de la soupçonner, la jalousie peut s’oublier.

Est-ce plus facile à dire qu’à faire ? Possible, mais cela représente malgré tout une première étape.
La conscience et l’introspection sont toujours des éléments décisifs lorsqu’il s’agit de psychologie.

Comment contrôler la jalousie : une nouvelle perception pour la combattre

Là, l’arme la plus puissante pour lutter contre la jalousie : l’objectivité.

La prochaine fois que vous ressentirez cette haine gratuite, essayez de vous intéresser aux faits plutôt que de baser votre réflexion sur des suppositions :
As-tu peur que je te quitte ? Réfléchissez et listez toutes les épreuves d’amour reçues de votre partenaire, les épreuves que vous avez surmontées ensemble et les bons moments que vous avez partagés. Pensez-y mieux que les risques futurs.

Pensez-vous qu’une autre personne est « meilleure » que vous ? Concentrez-vous sur vos propres succès, les obstacles surmontés et la reconnaissance répétée tout au long de votre parcours plutôt que sur le moment présent et cette négativité croissante.

Avez-vous peur d’une personne que vous considérez comme plus attirante, charmante ou charismatique que vous ? N’oubliez pas que l’appréciation est un phénomène subjectif et que, par nature, tout le monde ne peut pas vous aimer.

La jalousie se combat avec la définition du cadre objectif de vos réflexions et de vos sens.
Savoir affronter ses peurs, c’est s’autoriser à les combattre et ne pas vivre sous l’emprise du stress qu’elles produisent.

Comment arrêter d’être jaloux : que puis-je faire ?

Reconnaissez que la jalousie vous fait souffrir

Je suis très jalouxLes jaloux souffrent beaucoup et presque constamment. C’est l’enfer car tout acte et toute parole peuvent devenir suspects.

Au début de la relation, le jaloux préfère ne pas le dire, car il éprouve de la honte face à ce sentiment. Pour lui donner un air confiant, il se tait, mais, plus ou moins vite, il commence à souffrir. Un simple constat : « Vous avez regardé, la voisine s’est teint les cheveux en blond » génère immédiatement le « fameux coup au cœur ». « Il regarde la voisine, il va me tromper avec elle. »

Bien que l’inquiétude ne soit pas si consciemment formulée, le mal est fait. Quelque chose comme acheter de nouveaux vêtements : « tu es plus présomptueux qu’avant, pour qui ? Même le bouquet de fleurs peut devenir suspect : « pourquoi ces fleurs ?, de quoi veux-tu qu’on te pardonne ? » Aussi, sur la question sexuelle : « avec qui a-t-il fait ça la première fois ? ».

Apprécier les bons moments

Quand on est en pleine « crise de jalousie » on oublie, un peu, tous les compliments reçus, toutes les preuves d’amour données. Nous sommes emprisonnés dans la peur.

Évaluer votre « période amoureuse » est d’une grande aide. Nous retiendrons tous les mots doux, les regards amoureux, les actes d’amour quels qu’ils soient, même les plus anodins. Tout sera nécessaire pour calmer les craintes.

Créer votre propre « film d’amour » peut être utile en rejouant toutes les scènes agréables et heureuses dans votre tête. Ce sera rassurant.

Parlez-en à votre partenaire

C’est souvent difficile mais indispensable. Si votre partenaire n’est toujours pas conscient de votre tempérament jaloux, il risque d’agir ou de dire des choses qui attisent cette jalousie à son insu.

Si vous en êtes conscient, vous serez plus attentif. Vous éviterez par exemple de faire des remarques « suspectes » sur des personnes que vous croisez dans la rue ou au restaurant. Vous éviterez de trop fixer ces gens.

L’aide de votre partenaire est cruciale mais le bon fonctionnement du couple est aussi de votre responsabilité. Il est préférable d’en parler le plus rapidement possible, en expliquant d’où vient votre jalousie et comment vous pouvez vous sentir plus en sécurité. Dire ce qui alimente votre jalousie ou ce qui la fait tomber est très important.

Augmentez votre estime de soi

La plupart du temps, c’est le manque d’estime de soi qui génère la jalousie. Le renforcer n’est pas facile et il convient de se laisser aider dans cet apprentissage car les démonstrations d’amour de l’autre ne suffisent pas toujours.

Lorsque la jalousie est là depuis longtemps, avec un manque d’estime de soi, la méfiance qui sommeille peut se réveiller très facilement.

Laisser un commentaire

Donec efficitur, ligula ut lacinia
viverra, lorem lacus.