Calculatrice d’amour ❤️ vrai test d’amour pour répondre

calculateur d’amour

Calculatrice d'amour : comment mesurer le véritable amourIl s’agit d’un test très simple qui vous permet d’évaluer la compatibilité amoureuse à l’aide de noms.

Écrivez votre nom et le nom de la personne que vous aimez, et calculateur d’amour vous donnera le pourcentage de compatibilité amoureuse en cliquant sur «Test It». Le calculateur d’amour vous donne une évaluation de la compatibilité des noms.

Pour une évaluation plus scientifique et précise de l’amour, lisez l’article suivant.

Test d’amour réel et vrai

L’homme a pris la mesure du monde

Homo sapiens a aussi inventé une échelle pour mesurer l’incommensurable, classer l’inclassable, rationaliser la passion irrationnelle de l’amour et voir de combien de centimètres la flèche de Cupidon s’enfonce dans le cœur de l’autre.

Je l’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie

Dans l’échelle de l’amour passionné, il y a une étude récente assez amusante publiée dans PLoS One : des chercheurs ont établi que chez les jeunes très amoureux, la douleur d’une brûlure était fortement atténuée lorsqu’ils voyaient une photo d’un être cher, d’un phénomène produit par le système de récompense installé dans notre cerveau.

Test : calculateur d’amour avec questions

Il peut sans doute être exploité par des magazines féminins car il ressemble au fameux « es-tu vraiment amoureux ? tests psychologiques. J’ai trouvé l’article original qui raconte comment cette échelle a été développée, testée et validée comme fiable.

Publié en 1986 dans le Journal of Adolescence, cet article est l’œuvre d’une psychologue et sociologue américaine nommée Elaine Hatfield et Susan Sprecher.

Il explique comment les composants qui testent la personne par le biais d’une évaluation cognitive, émotionnelle et comportementale ont été incorporés.

Comment fonctionne le calculateur d’amour ?

Nous allons jeter un coup d’oeil. Nous sommes devant une quinzaine d’états qui vont de « je me sens désespéré », « je l’ai quitté », « je sens que mon corps réagit quand il me touche », « il connaît toutes mes pensées, mes peurs et mes espoirs ».

Les notes vont de 1 à 9, 1 étant « pas vrai du tout » et 9 étant « tout à fait vrai ». Si votre score se situe entre 106 et 135 points, vous êtes dans la partie la plus extrême et la plus chaude de la passion, vous n’arrêtez pas de penser à lui et s’ils vous mettent des aiguilles rouillées sous les ongles, à la simple vue d’une photo de lui, vous éliminerez toute sensation de douleur.

Si vous obtenez entre 86 et 105 points, c’est toujours votre grand amour, bien qu’avec moins d’intensité. Plus le score est faible, plus les flashs passionnés seront rares. Enfin, si vous avez marqué moins de 45 points, vous n’êtes pas plus attiré par votre mec qu’une méduse échouée sur la plage.

Comment mesurer l’amour : test de 10 questions pour évaluer et répondre

Psychologie des tests de compatibilité de coupleEt s’il était temps de faire le point sur votre couple ? Voici dix choses auxquelles penser lorsque vous prenez des résolutions communes.

1. Notre syndicat est-il là pour rester?

« Tous les couples qui durent ont quatre choses en commun : une vraie communication, une bonne image de leur mariage, une grande sεxo et les projets futurs, explique Violaine Gelly, éditrice.

Beaucoup de mariages se soldent par un échec, avance Yvon, psychologue, dans son livre « Quels couples sont heureux ? ».

Bien que les causes soient variées, le psychologue affirme que la rupture est principalement due à la méconnaissance de la psychologie différentielle des sεxos, l’absence de certaines qualités relationnelles et le refus de faire les efforts nécessaires pour s’adapter à la vie conjugale.

2. Dois-je partir ou continuer ?

Il n’est pas nécessaire d’attendre que quelque chose tourne mal pour se poser cette question. Il est bon de se poser régulièrement cette question : « dois-je le quitter ou continuer ? ».

C’est quelque chose que suggère Robert Neuburger, psychiatre et psychanalyste, dans son ouvrage « Dois-je arrêter ou continuer ? ». Cet examen de conscience permet de prolonger la relation.

Cette introspection peut permettre au couple de toujours garder à l’esprit la séparation comme une possibilité. Il faut toujours attiser la flamme des premiers jours.

3. Quel genre de couple sommes-nous ?

test de compatibilité amoureuseDans son livre « Les couleurs de l’amour dans le couple », Yvon Dallaire présente sept modèles de couples :
1. Affection : intimité sans engagement ni passion.
2. Camaraderie : engagement et intimité sans passion.
3. Amour vide : engagement et intimité et sans passion.
4. Amour temporaire : engagement et passion sans intimité
5. Besoin : passion et intimité sans engagement.
6. Amour romantique : passion et intimité sans engagement.
7. Amour atteint : engagement, passion et intimité.

« L’amour réalisé semble le plus complet et le plus gratifiant car la relation est composée de trois éléments », explique Dallaire. Cependant, si votre relation ne correspond pas à ce modèle, il est également possible que vous soyez toujours satisfait de la relation. « La clé du bonheur ne se trouve pas nécessairement dans l’amour total, mais dans les attentes de chacun en matière de correspondance, de perceptions et de croyances.

« Si ce que vous attendez, ce sont de grandes déclarations d’amour et des nuits passionnées avec un mari heureux et gentil, vous vivrez frustration après frustration. Votre moitié vous comble-t-elle vraiment ? Êtes-vous sûr?

4. Sommes-nous capables d’indépendance et d’autonomie ?

Dans son livre « Qui sont ces couples heureux ? », Yvon Dallaire, psychologue, parle de la notion de rapport de force dans le couple. Seuls 20% des nouveaux couples parviennent à s’adapter à cette lutte en répondant aux besoins spécifiques de chaque fusion, prise de contrôle, dépendance et addiction constante.

Et entre eux, certains couples trouveront un équilibre en établissant une relation d’interdépendance, satisfaisant pleinement leurs besoins relationnels et affectifs sans perdre leurs identités respectives.

Les couples heureux parviennent à établir une bonne distance entre eux. Une distance qui leur permet de satisfaire leurs besoins en matière d’intimité et d’autonomie. Le vrai défi est de maintenir la cohésion entre deux personnes. Qui malgré leurs différences et désaccords forment un « nous ».

Tous les couples heureux sont constitués de personnes ayant de grandes aspirations, développement de projets à court, moyen et long terme, rituels amoureux, conjugaux et familiaux.

5. Jaloux ? Un peu, avec passion, avec folie

La psychologue Ayala Malach Pines définit la jalousie comme la peur de perdre une relation précieuse. La relation peut ne pas avoir une valeur sentimentale, mais plutôt une dimension économique et sociale essentielle.

Il y a des gens qui se sentent jaloux de l’impossibilité de posséder l’autre comme objet. Le psychanalyste, Daniel Lagache, dit : « Je te hais de ne pas pouvoir te posséder complètement, et je t’accuse de la douleur que cela me cause. »

« Si vous êtes jaloux, éliminez les croyances de l’enfance, reprogrammez vos schémas d’attachement et revoyez votre image d’amant », disent les auteurs Lomas et Dufour. Dans toute relation chronique, la jalousie peut apparaître et chacun a sa part de responsabilité. Pour le combattre, il faut admettre son existence.

6. Parlons-nous la même langue ?

« L’homme communique parce qu’il a quelque chose à dire ou parce qu’il veut s’informer », dit le psychologue Yvon Dallaire dans son chapitre « Les couleurs de l’amour dans le couple », publié chez Quebecor, 2011).

« Si malgré leur amour mutuel et leur bonne foi, les hommes et les femmes ont du mal à communiquer, c’est qu’ils envisagent la communication en termes de relation intime et d’expression émotionnelle. »

Les stratégies et les règles diffèrent d’autantεx à l’autre, ce qui complique les choses. « Les problèmes de communication ne se trouvent pas dans la communication en tant que telle, mais dans les codes de genre de l’ignorance de la communication », précise la psychologue.

7. Rêvons-nous tous les deux ?

Vos rêves sont-ils vraiment les vôtres ou sont-ils conditionnés par votre éducation, la société ou les valeurs que vos parents vous ont inculquées ? Votre image de la vie conjugale est-elle inspirée de l’expérience de papa et maman ?

Après ces réflexions, examinez ce que vous voyez dans le futur pour votre relation. Parlez de vos rêves, ambitions et objectifs dans la vie. L’autre personne marche-t-elle dans la même direction ?

Que feriez-vous ensemble ? De quoi avez-vous besoin? Vous souhaitez acheter un appartement, participer à la construction d’une maison, avoir des enfants, faire un tour du monde, créer une entreprise ? Parlez d’un plan d’action concret pour atteindre un objectif commun.

8. Dois-je idéaliser mon partenaire ou ma relation ?

La relation fondée sur le rêve et la fantaisie continuera toujours d’exister. Ce que vous aimeriez faire avec votre partenaire. Où aimeriez-vous être ?

Idéaliser votre partenaire ou votre relation est inquiétant. Chaque défi sera source de déception, et la déconnexion s’accompagnera d’un défi plutôt que d’une recherche de solutions.

L’idéalisation caractérise souvent le début de la relation. Mais, au fil du temps, nous arrivons à savoir qui est vraiment l’autre personne pour le meilleur ou pour le pire. Avez-vous su vous adapter à la réalité ou restez-vous la tête dans les nuages ​​?

9. Quelles sont les sources de mes frustrations ?

Ce petit exercice peut être très révélateur. Prenez le temps d’y réfléchir. Comment est la relation? Quels sont les besoins non satisfaits ? Vous sentez-vous entendu ou compris lorsque vous rentrez du travail ?

La vraie communication commence lorsque vous commencez à parler du « je ». De quoi ai-je besoin pour me sentir bien ? Comment puis-je rendre ma relation plus stimulante ?
Si vous apportez quelques ajustements à votre routine, vous pourrez peut-être échanger ces frustrations contre de petits plaisirs.

10. Quel est le statut de votre patrimoine commun ?

Vous devez faire un inventaire de vos forces et de vos faiblesses.

Ne le faites pas, cependant, pour aligner le pour et le contre. L’amour n’est pas un outil comptable. Vous ne pouvez pas non plus évaluer la force des sentiments. Tout n’est pas noir ou blanc.

Ces réflexions devraient ouvrir la voie à l’ajustement et à la poursuite de la relation.

Ne pensons pas seulement à nos défauts mais aussi à nos vertus parfois oubliées. Nourrissez votre réflexion.

Laisser un commentaire

Donec efficitur, ligula ut lacinia
viverra, lorem lacus.